• MIni-lifting

    MIni-lifting

    du visage

 

On parle généralement de mini-lifting  lorsqu'il n'y a pas de relâchement important au niveau du cou et qu'il n'est donc pas nécessaire, ou peu, d'agir à ce niveau là. Le mini-lifting est donc une intervention qui vise à améliorer principalement les bajoues, les plis d'amertume et l'ovale du visage, avec peu ou pas d'effet sur le cou. Il est souvent adapté pour des patientes agées de 40 à 50 ans, pour lesquels l'affaissement du visage est modéré.

On parle aussi dans ce cas de lifting à cicatrices courtes, car la cicatrice située en arrière des oreilles est plus courte que pour un lifting cervico-facial traditionnel, où le relâchement du cou est traité de façon plus complète par des incision longues en arrière des oreilles.

"Mini-lifting" est cependant un terme très vague, qu'il convient d'utiliser avec prudence. En effet la façon dont est traité l'affaissement des joues, objectif donc principal du mini-lifting, est variable selon la technique adoptée.

Pour certains, le mini-lifting correspond à la simple résection de peau en avant de l'oreille, sans geste sur les muscles, et correspond réellement à un geste techniquement simple, mais au risque d'un effet très modeste et très temporaire.

Il peut aussi s'agir d'une intervention qui même si elle n'agit que sur les joues, traite dans le même temps l'affaissement de la peau et celui des muscles.  L'action sur les muscles permet d'être plus efficace, et de diminuer la traction sur la peau, d'où un effet plus naturel et plus durable. Dans ce cas  le mini-lifting reste un geste techniquement complexe et délicat pour lequel le terme de "mini" n'est pas très adapté, même si la lourdeur et les effets de l'intervention sont moindres que pour un lifting cervico-facial traditionnel.

Dans le cas d'un mini-lifting avec action musculaire, il existe plusieurs façons d'agir sur les muscles. Le Dr Bottero utilise généralement la technique du lifting vertical profond, ou deep plane, au cours de laquelle peau et muscles sont remontés en bloc, avec moins de décollement de la peau et des tissus mieux préservés. Cette technique est particulièrement aptée en cas de mini-lifting  car elle peut avoir un cetain effet sur le cou, même si l'objectif principal n'était pas à ce niveau, et car elle permet souvent une récupération plus rapide qu'avec des techniques traditionnelles.

D'une façon générale, en cas de mini-lifting, certains risques sont nettement diminués, tels que celui d'hématome massif, et les suites opératoires sont plus simples et plus courtes : moins d'oedème et d'ecchymoses, retour à une vie sociale simple possible après 1 à 2 semaines, contre 2 à 3 semaines pour un lifting cervico-facial plus complet.