Dr Luc Bottero - annecy

  • chirurgie esthétique des seins

    chirurgie esthétique des seins

    Réduction mammaire

Objectif

La réduction mammaire, ou plastie mammaire de réduction, est une intervention qui permet de réduire le volume des seins.

Elle s'adresse aux femmes dont le volume des seins est excessif et à l'origine de divers problèmes : douleurs au niveau du dos ou des épaules, gêne dans la pratique d'activités sportives ou professionnelles, macérations sous les seins. Cet excès de volume des seins, appelé aussi hypertrophie mammaire, a aussi souvent un retentissement psychologique important.

Ainsi la réduction mammaire a avant tout un but fonctionnel, car elle permet de réduire l'importance de ces différentes gênes. C'est pour cette raison qu'elle est parfois partiellement prise en charge par l'assurance maladie.

Lorsque les seins sont trop gros, et donc trop lourds, ils sont aussi généralement trop bas. La réduction mammaire vise donc à réduire le volume des seins mais aussi à les ascensionner. Il y a donc également, même s'il est secondaire, un bénéfice esthétique à la réduction mammaire : les seins sont réduits et plus hauts, la silhouette s'en trouve généralement affinée.

La réduction peut être réalisée dès que le dévellopement de la poitrine est terminé, généralement dès 16 ans ; la réalisation de l'intervention à un âge si précoce suppose une hypertrophie mammaire majeure et très invalidante. Elle peut être réalisée ensuite à tout âge, tant que l'état de santé de la patiente le permet. Il est conseillé d'attendre au moins un an après l'intervention pour démarrer une grossesse. 

Inconvénients

La réduction mammaire présente par contre un certain nombre d'inconvénients qu'il est important de connaitre, car ils devront être mis en balance avec les avantages escomptés. Une patiente est une bonne candidate à l'intervention si les avantages à attendre sont supérieurs à prioiri aux inconvénients. 

Cicatrices

L'inconvénient le plus important à connaitre est sans doute représenté par les cicatrices résiduelles. Le plus souvent elles sont au nombre de trois :

- une cicatrice faisant le tour de l'aréole

- une cicatrice dite "verticale", allant de la partie inférieure de l'aréole au sillon situé sous le sein

- une cicatrice dite "horizontale", suivant le sillon situé sous le sein, quelques millimètres au dessus de ce sillon.

L'ensemble de ces cicatrices constitue des cicatrices dites en "ancre marine", ou en "T inversé". 

Cicatrices en ancre marine après réduction mammaire

La visibilité de ces cicatrices dépend beaucoup de la façon de cicatriser de chaque patient. Elles sont le plus souvent discrêtes et peu gênantes, bien que visibles ; parfois cependant, en cas d'anomalie de la cicatrisation, elles peuvent être particulièrement disgrâcieuses.

Diminution de sensibilité des aréoles

Le second inconvénient est la diminution de sensibilité des aréoles et des mamelons. Cette perte de sensibilité est quasiment constante, parfois très faible et peu gênante, parfois complète ; elle est généralement corrélée au degrés d'affaissement de la poitrine, mais il est impossible de prévoir précisément à l'avance qu'elle sera son importance.

Difficultés pour allaiter

Enfin, il faut savoir qu'en cas de grossesse après réduction mammaire, l'allaitement n'est pas toujours possible. 

Anesthésie

La réduction mammaire est toujours réalisée sous anesthésie générale.

Hospitalisation

La patiente rentre en clinique le matin du jour de l'intervention et la quitte généralement le lendemain matin. Une journée d'hospitalisation supplémentaire peut s'avérer parfois nécessaire.

Suites habituelles

La réduction mammaire est une intervention qui génère peu de douleurs ; celles-ci sont généralement calmées par des antalgiques simples.

Il existe habituellement un oedème (gonflement) et des écchymoses (bleus) au niveau de la poitrine, pendant 1 à 2 semaines.

Des pansements de protection des sutures doivent réalisés tous les 2 à 3 jours pendant 2 semaines ; ils sont habituellement réalisés par une infirmière. Un soutien gorge de contention sans armatures, doit être porté le premier mois.

La période d'arrêt de travail nécessaire dépend de l'activité pratiquée ; elle est généralement d'1 à 3 semaines.

Les activités sportives peuvent être reprises, selon les activités, 3 à 6 semaines après l'intervention.

Risques

En dehors de ces inconvénients, qui sont toujours plus ou moins présents, la réduction mammaire présente comme toute intervention chirurgicale un certains nombre de risques. Parmi les plus importants, il faut noter :

- des risques de phlébite ou d'embolie pulmonaire ; ces risques sont surtout présents en cas de surpoids de la patiente ou de présence d'autres troubles de santé.

- des risques de saignement ou d'infection, mais qui ne sont pas plus fréquents que lors d'autres interventions chirurgicales.

- le risque de nécrose de l'aréole ; ce risque est surtout présent lorsque les seins sont très affaissés, ou chez les fumeuses.

Le surpoids et le tabagisme, même modérés, sont des contre-indications à l'intervention ; cela signifie qu'une patiente fumeuse doit arrêter complètement de fumer avant l'intervention (au moins 2 mois avant), et qu'une patiente en surpoids doit normaliser son poids.

Résultat

La réduction du volume et du poids des seins, de même que le traitement de leur affaissement, sont immédiatement visibles. Mais les seins n'ont leur volume, leur position, et leur forme définitive qu'après 2 à 3 mois le plus souvent. Les cicatrices sont toujours rouges et gonflées les premiers mois ; une période de 6 à 18 mois est généralement nécessaire pour qu'elles s'applatissent et blanchissent et deviennent ainsi plus discrètes.

 Exemple de réduction mammaire

Photographies avant et un an après l'intervention.

  • Hypertrophie mammaire

    Les seins sont volumineux et tombants
  • Après réduction mammaire

    Les seins sont réduits et ascensionnés.
  • Hypertrophie mammaire

    Les seins sont volumineux et tombants
  • Après réduction mammaire

    Les seins sont réduits et ascensionnés
  • Hypertrophie mammaire

    Les seins sont volumineux et tombants
  • Après réduction mammaire

    Les seins sont réduits et ascensionnés

Photographies non contractuelles, publiées avec l'accord de la patiente.

Coût de l'intervention

Prise en charge par l'assurance maladie

La réduction mammaire est partiellement prise en charge par l'assurance maladie si un poids supérieur à 300 gr par sein est retiré lors de l'intervention. L'estimation du poids qui sera retiré est faite par le chirurgien lors de la consultation pré-opératoire. Il reste à la charge du patient un coût de l'ordre de 3500 à 5000 euros, comprenant les honoraires du Dr Bottero et ceux du médecin anesthésiste. Le Dr Bottero n'est pas conventionné avec l'assurance maladie ; cela signifie qu'il peut fixer librement le montant de ses honoraires. Il est possible qu'une partie des honoraires soit remboursée par votre assurance complémentaire.

Dans ce cas un arrêt de travail peut être délivré à la patiente, dont la durée dépend de l'activité professionnelle pratiquée.

En cas de réduction modérée, sans prise en charge par l'assurance maladie

Si le poids retiré est inférieur à 300 gr par sein, l'intervention est considérée comme à visée purement esthétique ; aucun des frais liés à l'intervention n'est alors pris en charge, ni par l'assurance malaldie, ni par les assurance complémentaires. Le coût de l'intervention varie alors habituellement de 6000 à 7000 euros, comprenant les honoraires du Dr Bottero, ceux du médecin anesthésiste, les frais de clinique, et les consultations de suivi post-opératoire pendant 3 mois. Un devis personnalisé est établi à l'issu de votre première consultation.

Dans ce cas, aucun arrêt de travail ne peut vous être délivré ; l'intervention et la période de repos post-opératoire doivent être planifiés sur des congés.